Relais FM de A à Z: Les explications logiciels et des paramètres 5/5


Dans cet article, vous trouverez les informations de l’installation logiciel et le paramêtrage.
Nous partirons de l’image d’un hotspot version 3.1 qui est disponible sur ce site.
La rédaction de cet article a été plutôt longue, le détail de la structure logiciel y est complètement décrite. Bien sûr il va falloir lire 🙂
L’objectif n’est pas de vous faire modifier tous les fichiers mais de vous faire comprendre l’utilité de chaque fichier du système et d’en comprendre son fonctionnement.

Pour finir le projet, de relais, il va falloir installer le système sur la carte micro Sd qui peut être comparée à un disque dur d’ordinateur.

INSTALLATION:

Concernant l’installation, rien de plus simple il suffit de reprendre les étapes décritent dans un article précédent: Fabriquez son Hotspot RRF en 5 étapes !
Il vous faudra reprendre toutes les étapes et ne pas prendre en compte les paramètres de la µDraCard puisque nous utilisons des radios UHF TYT TH9000.

Une fois l’installation terminée, il suffit de télécharger le patch et de le lancer.
Voici la procédure:
– Se connecter en ssh sur votre système

– Se rendre dans le dossier /home/pi/ ( suggestion de chemin)

Commande:
cd /home/pi/

– Téléchargement du Patch:
wget https://raw.githubusercontent.com/F8ASB/patch_relais/main/install.sh

– Installation du Patch:
bash install.sh


LA STRUCTURE LOGICIEL D’UNE INSTALLATION RRF

Il est maintenant temps de vous expliquer la structure logiciel d’un relais/Hotspot RRF
Attention toutes modifications des différents fichiers cités dans cet article peut entrainer un dysfonctionnement de l’installation. Merci de faire des sauvegardes avant toutes modifications.

Il est nécessaire de connaitre quelques
 commandes afin de pouvoir naviguer sous linux.
Il faut impérativement respecter les minuscules et les majuscules sinon les commandes ou les chemins ne seront pas pris en compte.
Voici un lien pour vous aidez à connaitre les principales commandes.( ls, nano, cd, mkdir…)
https://www.sitedetout.com/tutoriels/commandes-linux-de-base/

Passons maintenant aux dossiers/fichiers propres à la structure RRF:

/etc/

Dans ce dossier on retrouve le fichier rc.local, c’est un fichier de démarrage ou l’on initialise les ports entrées et sorties appelé GPIO. (general-purpose input/output)
On va déterminer quels sont les GPIO en entrée ( utilisation squelch) et les GPIO en sortie (PTT), vous pouvez le visualiser/modifier avec la commande nano /etc/rc.local

/etc/spotnik/

Dans ce dossier on va y retrouver tous les fichiers développés par la Team RRF (F1EVM,F4HWN,F5NLG).
Un portail wiki est disponible avec une grande quantité d’information.
Un groupe est également disponible pour vos questions https://groups.io/g/RRF/.

On y retrouve les scripts qui gèrent les QSYs, ceux-ci commencent par restart. restart.tec pour le salon technique, restart.loc pour le salon local etc…

Le rôle de ces fichiers et de gérer les QSY dans les différents salons, en regardant le détail du script les actions qu’ils réalisent sont:

– Arrêt du programme  Svxlink
– Ecriture dans le fichier /etc/spotnik/network
– Lecture du fichier son qui annonce le QSY
– Création d’un fichier de configuration svxlink.nomdusalon ( ex: svxlink.tec)
– On utilise le fichier svxlink.cfg et on modifie les propriétés de la partie reflector.
 Les paramètres modifiées concerneront le nom du HOST ( serveur), la clef d’authentification AUTH_KEY et le port du serveur PORT.
– Il relance ensuite le programme Svxlink avec le fichier de configuration spécifique
– Il lance le timersalon.

On y retrouve le script timersalon.sh, le rôle de ce script est de revenir sur un salon défini si il n’y a pas d’activité. Par défaut c’est le RRF qui est paramètré.

Le mode de fonctionnement:
Vous faites un QSY sur un salon, local par exemple, le timersalon va générer un compteur de temps, si il n’y a pas d’activité en réception direct sur le Hotspot/relais pendant 6min (paramètre par défaut), il reviendra sur le RRF.
Cela permet d’éviter de laisser un relais/hotspot “parqué” dans un salon, suite à la demande d’un utilisateur, qui n’est plus utilisé.
Les fichiers sont disponibles sur le GitHub de F4HWN avec les explications associées.

On y retrouve aussi les fichiers sons générés lors des QSYs.
Srrf.wav, Stec.wav, Sloc.wav etc….
Vous l’aurez compris, le format est S majuscule suivi du diminutif du salon.

On y retrouve le fichier config.json qui va stocker toutes les informations paramètrables par GUI ( Graphic User Interface) au format json.
On retrouvera dans ce fichier l’indicatif, les CTCSSs, les données géographiques, les codes wifi, etc….
Explication à titre informatif, ne pas modifier ce fichier.
Vous pouvez  accéder au portail Web (GUI) depuis un browser Internet ( Firefox, Google Chrome, Explorer) en tapant dans le champ adresse internet, l’adresse ip de votre relais/hotspot.
Vous pourrez aussi inter-réagir avec le système pour effectuer les QSYs.

ex: http://192.168.8.28

Source f5nlg.wordpress.com


Le fichier network, est un fichier qui est modifié à chaque QSY, on retrouve à l’intérieur le diminutif du salon sur lequel on est connecté.
Par exemple, tec, si connecté sur le salon TECHNIQUE.
Cela permet au système de savoir sur quel salon le relais/hotspot est connecté.
Il permet aux programmes annexes d’être informés du salon en cours d’utlisation.

Le fichier de configuration de SvxLink.cfg, c’est le coeur de tous les paramètres, vous trouverez un lien sur la documentation avec une traduction automatique google.
Vous pourrez y paramétrer le mode d’ouverture du relais, la détection des signaux SQL via le gpio, l’indicatif, les paramètres sont nombreux.
Vous apprendrez énormément avec cette documentations sur la puissance de SvxLink.
Le menu spot ou les interfaces web écrivent directement dedans, pour l’utilisateur c’est complètement transparent.
Il est important de rappeler que l’utilisation du CTCSS est obligatoire sur le réseau RRF.
Notre configuration n’a pas de CTCSS de configuré car on utilise directement celui des radios.

-> Malgré le patch, il sera nécessaire, d’apporter certaines personnalisations à votre installation.
Ce fichier de configuration est directement accessible depuis le menu spot.

/opt/

On y retrouvera tous les programmes complémentaires au RRF, on peut y retrouver selon les installations, plusieurs programmes. 
Il est possible de retouver les dossiers suivants:
/opt/RRFRaptor
Le RRFRaptor est une sorte de scanner qui va observer l’activité sur les serveurs et mettre votre relais/hotspot sur le salon ou un QSO est en cours.
Toutes les informations sur la page Github du concepteur F4HWN 

/opt/spotnik/

On y retrouvera 2 sous 
répertoires un qui s’appelle gui, on l’on retrouvera tous les fichiers qui sont utilisés pour l’interface Web accessible.
Un autre qui s’appelle spotnik2hmi_V2 ce programme gère l’affichage de l’activité sur un écran Nextion.
Selon les images utilisées vous pouvez retrouver aussi:
uDraCardon y retrouvera le programme qui gère la programmation de la carte radio µDraCard.
uSvxCard, on y retrouvera des petits scripts d’améliorations pour ceux qui utilisent la µSvxCard.

/usr/share/svxlink/sounds/fr_FR/

On y retrouve tous les fichiers sons utilisés par SvxLink, rangés dans les répertoires.
Le patch proposé insère des fichiers sons par défaut dans un dossier avec l’indicatif du relais.
(pour un Hotspot il n’est pas utile.)
Vous pouvez les personnaliser. Sur demande, je peux vous réaliser vos fichiers sons.


/usr/share/svxlink/events.d/local/

On y retrouve 1 ou 2 fichiers essentiels.
Logic.tcl
on pourra personnaliser des codes DTMF dans ce fichier.

En mode relais il y aura aussi,
RepeaterLogic.tcl , j’ai personnalisé ce fichier pour que les messages d’ouvertures de relais soient differents à différente heure de la journée ( bonjour / bonsoir et aurevoir / bonne nuit).
Dans un Hotspot ce fichier n’est pas personnalisé on le retrouve dans le dossier.

usr/share/svxlink/events.d/local/

Le dossier local est utilisé pour y mettre les fichiers personnalisés de configuration et de les conserver dans le cadre de mise à jour.

Le menu spot
En tapant la commande spot puis entrer, vous tomberez sur un menu simplifié de configuration ou de visualisation, la version Raspberry peut changer un peu de la version Orange Pi.
Ce menu est accessible partout en tapant la commande spot.
Il est situé dans dans le dossier /usr/bin/.  


 

Comme un dessin vaut mieux que de longs discours, voici le synoptique de fonctionnement du réseau RRF.
Vous pouvez vous apercevoir qu’Internet est uniquement utilisé pour relier les réseaux ensembles (Hotspot, Link, Relais).
Il y a toujours une liaison radio entre les utilisateurs.



Ainsi s’achève la série de 5 articles ; construire un relais UHF, j’espère vous avoir fait découvrir et mieux comprendre la construction d’un relais.

Les relais ne sont pas toujours très utilisés, l’interconnexion par internet est une très bonne alternative pour augmenter l’utilisation et la fréquentation des relais.

L’expérimentation fait parti de notre ADN de radioamateur, alors à vous d’expérimenter !

Vous pouvez recevoir un email dès la parution d’un article sur le Blog F8ASB.COM, entrez votre mail sur la fenêtre à droite et cliquer sur abonnement. Tous les articles en 1 clic ICI
Ce contenu a été publié dans Box4nextion, Open Repeater, radioamateur, Raspberry, spotnik2hmi, Svxlink, μSvxCard, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.